samedi 31 juillet 2010

La Kanaky


Drapeau du parti FLNKS. François Fillon est venu tout spécialement en Nouvelle-Calédonie fin juillet pour officialiser la double légitimité des drapeaux français et kanak, qui flotteront désormais côte à côte. En attendant un seul et même drapeau calédonien, un drapeau commun comme il l'est prévu par les Accords de Nouméa.

Le totem a valeur de symbole et possède un attribut qui peut être une espèce végétale, un animal, un phénomène atmosphérique ou une maladie. Le totem peut détenir aussi une puissance maléfique et faire la force du clan contre ses ennemis.

Ci-dessous un texte de Laurent Ottogalli: TRANSPARENCE

"Avant que l’on ne prenne ses distances avec la France,
Que l’on ne nous transfère les compétences,
Je demanderais bien aux instances un peu de transparence,
D’effacer un instant nos différences, d’oublier un peu les apparences :
J’aim’rais voir flotter sur le Pays, un drapeau qui ne fasse pas d’ombre
Aux souvenirs du passé sombre, où se reconnaitrait le plus grand nombre.
Pas d’étole bariolée, pas de bannière étoilée, plus de barrière étiolée :
Voir ici un drapeau sans couleur, plutôt qu’hisser un drapeau couleur sang :
Beaucoup, drapés dans leur douleur, vous en seraient reconnaissants.

Un drapeau transparent qui ne laisse rien transparaitre,
Où chacun peut voir ce qu’il veut, suivant où il se place,
Voire même le point de vue de l’autre, pour peu qu’il se mette à sa place,
Un drapeau où l’on peut même voir celui qui est en face…
Un miroir sans teint, plutôt qu’un étendard sanglant
Un étendard nous rassemblant, un étendard nous ressemblant
Pas de blanc, pas de noir, pas de couleur mais un seul peuple :
Pas de blanc sans noir, pas de noir sans blanc, pas d’aigris…

Moi qui ai fait le tour de la terre, crois-en mes cheveux gris,
J’ai vu souvent de belles horreurs, cachées derrière de belles couleurs.
J’ai vu aussi des tas d’ordures, d’où suintaient toutes ces coulures…
L’avantage de ce drapeau, tu vas voir comme c’est commode,
C’est que ses couleurs, jamais, ne passeront de mode…
Un drapeau universel, tous unis vers celle -la paix- qui nous appelle :

Tous ancrés sur cet archipel, pour oublier l’esprit de chapelle.
Que vogue la galère, mais que ne vole pas la guéguerre…
Plutôt qu’un voile acté, nous privant de liberté,
Je préfère la voie lactée, voir du ciel la clarté…

Comme les seuls gênés par cet écran transparent
Seraient les oiseaux en partance, si importants
Peut-être suffirait-il de le border d’un liseré,
Le symbole de c’destin qui se réalis’rait :
Du blanc, du noir, du vert, du jaune, du rouge, du bleu…
Et les jours de grand vent, en espérant qu’il tombe,
Ou les jours de tempête, que les nuages plombent,
On pourrait y voir s’ébattre une colombe
Rappelant à la raison tous nos excès de zèle,
Nous ramenant à la maison, avec ces deux ailes…

Avant que l’on ne prenne ses distances avec la France,
Je d’mand’rais bien aux instances un peu de transparence".

Laurent Ottogalli

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire