vendredi 5 novembre 2010

Jeudi à Maré


Les gentilles pipelettes Suzanne et Rachel nous racontent des légendes de Nengone, admirent nos cheveux et notre peau rougie par le soleil, nous offrent un datura au long calice..., mais le temps de la photo elles deviennent tout à coup sérieuses.


Une des cases du gite tribal de Seday, au nord de l'île, près de Roh, dans le district de Guahma.

La plage de Cengeite, comme tant d'autres (Nece, Patho, Pédé,...) est déserte et vraiment superbe avec ses eaux transparentes, son sable blanc immaculé et ses fonds coralliens. La "randonnée des plages" (3h aller-retour) permet de marcher au bord de l'océan, au milieu de pandanus, pins colonnaires et cocotiers, sur les falaises coralliennes et dans les sous-bois.

Au Nord-Est, le saut du guerrier, une fissure dans la falaise de calcaire gris.

Tadine est l'agglomération la plus importante de l'île. On y trouve le fameux supermini "supermarché Trop tard", maigrement approvisionné pour le consommateur habitué à assurer sa subsistance avec les produits industriels (zut, plus de kiri grimace Jérôme, il faudra revenir demain!). Bien arrangeant, le caissier nous réserve tous les jours notre "pain des îles" car les trois livraisons quotidiennes de baguettes ne suffisent pas à satisfaire la demande.
"Il faut limiter le pain car après les gens ne mangeront plus l'igname!" répond-il quand on lui dit qu'il faudrait en commander davantage.


A Maré, mieux vaut être prudent et remplir le réservoir d'essence dès qu'un poste en propose car les cuves sont souvent vides...


Petit moment avec Alphonse, un cultivateur (et pêcheur à ses heures) de la tribu de
Medu, sans l'aide duquel nous n'aurions jamais trouvé la grotte fraîche de Pethoen. Les stalactites surplombent un bassin d'eau saumâtre qui sert de lieu de baignade pour les enfants à marée haute.
On évoque aussi ensemble les conflits entre les grands chefs de Maré qui ont fait l'actualité au début du mois de septembre suite au projet d'élaboration d'un cadastre coutumier. Le foncier est un problème très sensible aux Îles et Alphonse nous montre entre Wabao et Medu, une vieille borne blanche coutumière déterrée, marquant une limite ancestrale au district de Guahma.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire