samedi 11 septembre 2010

Un ver (de bancoule) ça va. Deux vers, bonjour les dégâts...

En matière de "gastronomie", le village de Farino paraissait une étape incontournable à mes yeux. En effet, la plus petite commune de Nouvelle-Calédonie est connue pour sa fête populaire annuelle de septembre consacrée au ver de bancoule avec au menu du programme dominical un marché, des animations et dégustations du ver de bancoule (une belle larve de coléoptère pouvant atteindre 8-10cm, consommée crue, grillée ou cuite)." Comme nous passions non loin de là pour monter au festival de Koné, nous avons donc fait une halte à la foire. Quelle déception!!! J'imaginais voir des scènes orgiaques, des vers de partout, grouillant dans des bacs ou préparés à toutes les sauces, des gens ouvrant des bouches énormes pour les avaler gloutonnement; mais en définitive je n'ai rien vu de cela! Les rares vers présents étaient logés dans un amas de souches que quelques personnes harponnaient et creusaient afin de les en retirer. Pas vraiment spectaculaire...
L'explication? Le concours de "bouffage" (c'est le terme local employé) avait bel et bien eu lieu mais bien plus tôt dans la matinée. Le monde échappe totalement à ceux qui ne se lèvent pas à potron-minet en Calédonie...
Donc à défaut de photos de bacchanales felliniennes version tropicale, voici un extrait d'une ritournelle traditionnelle locale, du répertoire de Chanson des îles. Le personnage principal en est LE VER:

On a chanté les lantanas
On a chanté les mimosas
Les palétuviers roses
Et tous les bégonias
Mais là-bas, là-bas, là-bas
Sur un arbre qui est gros comme ça
Y'a un ver qu'est gros comme ça
Celui-là c'est ton ver à toi

Toi le ver de bancoule
Accroché au bancoulier en fleurs
Tu n'as pas la même boule
Que le ver des cocotiers en fleurs
Les tourterelles roucoulent
A l'ombre des bananiers en fleurs
Mais toi le ver de bancoule
Tu es sur ton bancoulier en fleurs (...).


N.B.: Le bancoulier est un arbre cultivé dans les pays tropicaux pour sa noix (voir article plus bas sur les bambous kanak) mais son usage principal est l'extraction à partir des graines d'une huile utilisée de différentes manières (éclairage, peintures, vernis gras, mastic à bois, pharmacopée...).
Pour un complément d'informations sur le sujet, lire aussi le post du 24 novembre intitulé en cliquant ici: "Randonnée au pic Ouitchambo".

2 commentaires:

  1. Mmmmmh appétissant...J'avais pas compris que vous étiez partis faire Koh Lantha... ;)

    Bonnes vacances!
    Bises

    RépondreSupprimer
  2. Tu as affaire à des aventuriers!!! Bon, mais comme je l'ai écrit de retour, aucune scène "gore"... Une excursion bien trop fade à mon goût...

    RépondreSupprimer