vendredi 18 février 2011

Ah, quelle moiteur!


Le temps est décidément instable. Et terriblement moite. Alternance de soleil et de pluie. Taux d'humidité de 75%. Mer chaude peu rafraîchissante.
En bref, la vie insulaire fait transpirer (contrairement aux idées reçues) et ce n'est pas demain que je pourrai porter un "selk'bag"... Un quoi? Mais quesaco??? J'explique. Un selk'bag s'apparente à un genre de combinaison-pilote à capuche de bébé sauf que les moufles et les pieds ne sont pas amovibles. Et que c'est un vêtement destiné aux adultes.
J'ai découvert le selk'bag dans une boutique de sport à Puerto Natales en Patagonie chilienne. Décliné en rose, bleu ou jaune, très élégant, il permet d'affronter confortablement les grands froids et m'a paru idéal, compte tenu du fait que je me plains toujours de mon duvet en camping (pas assez doux, pas assez chaud, pas pratique, trop encombrant, etc, etc. ... il faut dire que je n'aime pas camper donc tous les prétextes sont bons pour m'éviter les nuits sous la tente).
Le nom "selk'bag" constitue un hommage aux Selk'nams, appelés aussi Onas, des chasseurs nomades indiens aborigènes vivant en Terre de feu qui furent quasiment tous massacrés par les colons britanniques à la fin du XIXème siècle. Vétus de peaux d'animaux, le corps peint à l'occasion de cérémonies, ces indigènes de haute stature étaient aussi de valeureux guerriers. Leurs rites ont particulièrement intéressé certains ethnologues et les photos d'archives que j'ai pu voir m'ont également captivée. J'en ai rapporté une d'ailleurs...
Mais je reviens à la Nouvelle-Calédonie qui fait l'objet principal de ce blog... Et à la météo. Les pluies de ces dernières semaines ont fait sortir des bulimes, des escargots préhistoriques à coquille conique que l'on croise sur le territoire.
Répartis en quatre espèces, ces gastéropodes sont en voie de disparition, menacés par l'homme et d'autres prédateurs tels certains animaux, insectes et même par un escargot carnivore introduit il y a quelques décennies.
Comme je ne suis pas experte en conchyliogie, et encore moins en héliciculture, je me bornerai à dire que la colonisation européenne du territoire a augmenté la consommation du bulime et développé sa commercialisation.
Au Chili, il est courant de trouver des produits cosmétiques fabriqués à partir de "baba de caracol" (la bave d'escargot pour ceux qui n'auraient pas réussi à traduire...) car celle-ci possède des vertus nutritives et hydratantes grâce à l'allantoïne, le collagène et l'élastine qu'elle contient.
N.B.: Il semblerait que par une pirouette je sois passée en digressant de l'humidité à une combinaison chaude de couchage, aux Selk'nams et enfin aux escargots. Tout cela est bel et bien lié au contraire, même si au départ j'avais simplement envie de vous parler de ce peuple d'Amérindiens! Comme je m'étais promis de me cantonner dans ces pages à la Nouvelle-Calédonie, il a bien fallu trouver un prétexte...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire