lundi 2 juillet 2012

Tonnerre de Brest!

Voilà. C'est fait. Les deux derniers gardiens ont regagné définitivement la terre ferme et restitué les clés du phare de Cordouan, remisant dans les tiroirs du passé et du rêve un métier empreint d'aventure et de solitude au coeur de la nature.
Le phare sera bientôt réservé à l'accueil des touristes, tout comme le phare Amédée qui marque l'entrée de la passe de Boulari, entre le grand récif Aboré et le récif Kwé au large de Nouméa. Inauguré en 1865, peint en blanc, le phare Amédée est le seul phare
métallique de France. Il mesure 56 m de hauteur et s'étire au milieu d'un îlot en zone naturelle protégée. Ouvert à la visite, c'est l'attraction principale du lieu qui propose également en parallèle du farniente des activités aussi variées que la plongée bouteille, la marche sous l'eau en scaphandre, la rando palmée, la balade en jet ski ou en bateau à fond de verre. Le "must" étant la formule complète à la journée qui compte en prime un buffet tahitien* au son du ukulélé: un spectacle commercial lourd et bien rodé spécial beaufs en délire façon Les Bronzés au club Med.
Samedi, nous avons accosté sur l'îlot pour trois heures grâce au petit bateau seventies et amical "Mille sabords". Le phare était fermé et sous le ciel délavé, les serpents tricots rayés étaient plus nombreux que les baigneurs. Ma hantise ces serpents de mer, une véritable phobie qui ne s'est pas calmée malgré deux ans passés à les côtoyer sur le territoire. C'est vrai, ils sont timides, paisibles, pas agressifs du tout, et plutôt élégants dans leurs habits bleus et noirs ou jaunes et noirs dessinés artistiquement par Sonya Rykiel. Mais personnellement, dans un élan de cruauté venimeuse sans nuance, quitte à faire s'époumoner les défenseurs des animaux, des espèces menacées et de la biodiversité, je réexpédierais volontiers la classe entière des reptiles au Carbonifère d'où elle est issue. Allez, zou, ouste! A l'heure du numérique et du cloud computing, ces bestioles là constituent un véritable anachronisme!... Alors on emballe cette bande d'affreux préhistoriques pleins d'écailles dans un gros sac, on arrime celui-ci à une fusée Soyouz dirigée vers une quelconque exoplanète (ou de façon plus radicale on place à l'intérieur du gros sac grouillant une bombe au phosphore) et adieu! Respect des seniors, des témoins de notre histoire ou pas, c'est comme ça. Exception faite pour les tortues de mer, si gracieuses quand elles nagent et si émouvantes quand elles pondent, ou quand elles naissent et courent vers la mer. Voyez, je ne suis pas si méchante...
* Jusqu'à présent vous croyiez que Tahiti appartenait à la Polynésie et non à la Mélanésie? Moi aussi. Et vous avez raison...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire