mardi 19 juillet 2011

Nouille toi-même!

Le titre du message traduit bien l'état d'esprit dans lequel je me trouve. Il fait suite à mon "appel" du 28 juin qui n'a rencontré aucun écho ou presque !
Bah, vous me direz que le célèbre appel du 18 juin (1940) prononcé par un certain Général n'a été entendu que par peu de Français et qu'il n'a été connu qu'ultérieurement... Illustre comparaison.
Il n'empêche. C'est un fiasco. Si je n'emploie pas le mot "Bérézina", c'est parce qu'on m'aurait accusée de mélanger époques et grands personnages. Et "fiasco", c'est d'origine italienne, donc ça m'arrange vis-à-vis de ce qui suit...
Profondément frustrée alors face à un tel silence, j'ai hésité à tirer la grille en métal sur le blog et à y coller une affichette avec "à vendre" écrit dessus en lettres coulantes. Sauf que je n'ai rien à vendre. A acheter par contre oui. Du nécessaire et du superflu.
Et sur l'île comme en métropole, les enseignes de la grande distribution rivalisent d'ingéniosité pour tenir leurs clients captifs, accrochés tous les jours de la semaine à un caddie presque aussi gros que leur 4X4.
En ce moment, c'est l'Italie qui est l'invitée vedette des supermarchés.
Ah, l'Italie !!!
Avides de nouveautés et nostalgiques des saveurs de la lointaine Europe, les consommateurs se ruent sur les gondoles remplies de produits made in Italia derrière lesquelles des vendeuses en canotier et tee-shirt rayé sourient du mieux qu'elles peuvent. On divertit le chaland, on le stimule, comme avec une nouvelle attraction ou un nouveau jouet.
Inutile de prendre l'avion, la gastronomie transalpine est là, à portée d'assiette et de marmite: risotto, huile d'olive, biscuits Mulino bianco et surtout, farfalle, tortellini, fusilli, spaghetti, penne, ravioli !
Fatalement, j'ai moi aussi lorgné les petites boules blanches de mozzarella en bocal, reniflé les odeurs de sauce tomate méditerranéenne, siffloté sur l'air populaire "bella ciao" et acheté des pâtes. De quoi agrémenter le quotidien et changer des monotones féculents locaux tels que l'igname, le taro, le manioc ou la patate douce. Exit les tubercules qui ressemblent à des gourdins préhistoriques!
Des pâtes donc! Et non des "nouilles" trop connotées andouilles, Germaine, famille nombreuse, jambon et vache qui rit.
Emprunté à l'allemand Nudel, le style "nouille" désigne aussi de façon péjorative certaines exubérances ornementales végétales propres au style décoratif art nouveau du tout début du XXème siècle.
Quelques rares témoignages de ce mouvement artistique aux lignes courbes subsistent dans le centre-ville de Nouméa.

P.S.: sans qu'il y ait forcément de rapport de cause à effet, la lamentable pub pour le café Lavazza montrant une femme nue dans un plat de spaghettis, dont j'avais parlé dans un précédent billet, a été recouverte depuis...

1 commentaire:

  1. Pauvre Virginie !
    Je suis désolée pour toi mais il ne faut pas être frustrée pour ça !
    Si tu ne reçois pas de réponse de tes lecteurs c'est qu'ils sont occupés à autre chose, je suppose que comme moi, ils prennent rapidement un peu de leur temps pour lire mais pas pour faire de commentaire, mais cela ne veut pas dire que ce que tu fais n'est pas bien. Au contraire c'est super et instructif. On en parlera prochainement...........
    A bientôt, bisous,
    Lucienne

    RépondreSupprimer