lundi 14 mai 2012

Questions de langue

Dans la foulée des propositions et programmes développés ce printemps par les candidats à l'élection présidentielle, je vais parler quant à moi de préposition, ce petit mot-outil invariable et indispensable au maniement de l'idiome français. Mais ne vous inquiétez surtout pas, je ne vais pas vous contraindre à retourner à l'école primaire pour vous infliger un indigeste et abscons cours de grammaire. Et quand bien même il sera effectivement question de langue dans ce billet, mon propos restera en lien avec la Nouvelle-Calédonie.
Depuis l'enseignement du premier degré, vous avez certainement gardé en tête la phrase "Adam Surchez part pour Anvers avec deux cents sous", moyen mnémotechnique bien pratique pour retenir la liste des principales prépositions: à, dans, sur, chez, par, pour, en, vers, avec, de, sans, sous. Non? Ce n'est pas grave, pas de panique ni de culpabilité, cela n'empêche pas de continuer.
Jusqu'à présent, la préposition "sur" signifiait strictement "dessus" et mises à part quelques utilisations imagées et figurées du genre d'"être sur les dents", celle-ci impliquait un contact.
Mais depuis quelque temps cette préposition est utilisée improprement pour remplacer "à". La doublure en guise d'original. L'habitude s'est répandue, et partout, tout le temps, à tort et à travers, entend-on "j'habite sur Paris", "je travaille sur Marseille", et même "sur l"ordinateur". Personnellement, cette tendance me porte sur les nerfs. Ah, c'est sûr, il y a des sujets de courroux plus urgents, plus essentiels que l'emploi de "à" à la place de "sur". Mais la défense des droits de l'homme, du service public, des valeurs républicaines, etc, cohabitera toujours avec des causes moins vitales comme la défense du véritable camembert au lait cru (amis Normands, ne voyez là aucun mépris)!
Cette faute, appelée solécisme, est répandue en France et malheureusement aussi en Nouvelle-Calédonie. Sauf qu'ici, le pendant local introduit une variante toponymique: on dit "je suis sur Nouméa", c'est-à-dire "en ville", en opposition avec "en brousse".
Le français de Nouvelle-Calédonie a eu pour base la langue des colons, des bagnards, des déportés, des mineurs, des militaires, matinée des 28 langues vernaculaires, enrichie des apports des différents peuplements (tahitien, wallisien, indonésien, vietnamien, etc.) et d'un vocable anglo-saxon dû à l'influence des troupes américaines durant la seconde guerre mondiale et au voisinage australien. En bref, un véritable sabir! Tant et si bien que le maniement erroné ou pas d'une préposition passe totalement inaperçu, incognito, à l'oreille du quidam océanien français.

Un des mots communément employé aussi est le mot "gamelle".
A Nouméa, il existe de nombreux "services de gamelles" (sic) autrement dit de traiteurs assurant la livraison à domicile de plats préparés. Le mot est omniprésent sur les devantures des commerces, sur les voitures de ces entreprises, sur les dépliants publicitaires, dans les journaux... L'option numéro un consiste donc à commander sa gamelle. L'option numéro deux à l'acheter directement sur place.
Je ne voudrais pas passer pour un fossile de Précieuse recroquevillé sur le Grand siècle, attaché uniquement à la pureté et l'élégance, agrippé à un français littéraire, classique, académique et figé, mais ce mot est franchement laid. Il renvoie à des connotations péjoratives, à l'écuelle en métal du militaire, c'est-à-dire à un ordinaire cafardeux, antithétique de la notion de plaisir traditionnellement attachée à la nourriture.
Les questions de vocabulaire et de syntaxe peuvent paraître formelles mais produisent le style et à ce titre suscitent le désir ou le tarissent.
De cette façon, le bougna mélanésien, empaqueté dans des feuilles et paré d'une fleur d'hibiscus, est à lui seul image du mystère (son contenu est caché), du don (un paquet en forme de cadeau) et véritable figure d'art poétique éphémère!

2 commentaires:

  1. excellent ! et en plus j'ai appris "Adam Surchez part pour Anvers avec deux cents sous", je ne connaissais que "Mais où est donc Ornicar ?"

    RépondreSupprimer
  2. Toi qui es astronome amateur, tu connais sans doute "Mon Violoncelle Tombe, Mais Je Sauve Une Note"?! L'ordre des planètes dans le système solaire... ;-)

    RépondreSupprimer