vendredi 18 mai 2012

En brousse je dis pouce

A la grande époque des réunions Tupperware, "Côte Ouest" était le compagnon télévisuel de millions de Français. Un soap opera américain dérivé de "Dallas" et diffusé sur TF1, qui a débobiné ses trémolos et ses rebondissements morcelés sur plus de 10 années. Le générique, brillamment poétique et prometteur en diable, faisait rimer "pages et plages", tourments et serments":
"Côte Ouest, comme un roman sur la plage tes vagues sont des tourments.
Côte Ouest, pour toi le vent tourne les pages d'intrigues et de serments
"... Des vers maritimes aux accents quasi-monégasques si vous voyez à qui je fais allusion (quitte à s'embourber dans des trucs nuls et ringards)! Je me moque, je me moque, mais pour les nostalgiques d'orgue Bontempi et amateurs de brushings façon lionne de la savane, regardez ici, le revival vaut assurément le coup: http://www.youtube.com/watch?v=rNUTWq-NPPw
Des séries fleuves à l'eau, la transition est toute trouvée. Sur la côte ouest calédonienne, le week-end dernier, une autre saga avait lieu. Deux "événements à ne pas manquer" entraient en concurrence: la 16ème édition de La fête du cerf et de la crevette à Boulouparis et la 4ème édition de La fête de l'eau à La Foa (dont le nom vient de "Fo" signifiant "eau" en kanak).
La première, très populaire, offrait pour ses fidèles une série de saynètes infrangibles aussi diverses que nutritives et drolatiques. Imaginez un peu: démonstration de découpe de cerf, concours du plus gros mangeur de saucisson, compétition entre imitateurs du brame du cerf, concours de décorticage de crevettes et élection de Miss.
La seconde se voulait plus sobre que sa voisine. Information scientifique au programme pour tenter de sensibiliser le public à la fragilité et la préservation de cette ressource indispensable à la vie qu'est l'eau. Autant dire qu'elle a remporté moins de succès malgré sa volonté de faire côtoyer conférences, expositions, animations scolaires, projections de films et des activités plus ludiques et festives, avec exercices nautiques, musique et danses.











Jérôme et moi avions choisi ce jour-là une troisième option plus bucolique: découvrir une petite route parallèle à la transversale RP5, menant à la tribu de Koindé. Une rivière calme, des arbres géants, des fruits en abondance, des cascades et piscines naturelles, un étang de nénuphars, des monts vert intense... En vivant à Nouméa on finit par oublier l'existence de cette nature foisonnante. Promis, une rando sur le plateau de Dogny fera l'objet d'un prochain épisode. Mais en attendant, lundi, c'est en Australie, à Sydney que nous partons. A bientôt de vous retrouver chers lecteurs sur votre blog-feuilleton exotique préféré!...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire