mercredi 1 août 2012

« Quand un homme désire tuer un tigre, il appelle cela sport ; quand un tigre désire le tuer, il appelle cela férocité. » G-B. Shaw

Dans la lignée de la traditionnelle passeggiata italienne, Barcelone a ses ramblas, Aix-en-Provence son Cours Mirabeau et Nouméa sa promenade Vernier du nom d'un ancien maire, industriel et exploitant minier.
Plate, frangée de cocotiers et bordant l'océan, cette promenade fait figure d'incontournable lieu de détente et de loisirs au sud de la ville. Alors on y croise toujours une connaissance et le parcours est jalonné d'arrêts causette: "ah, salut, tu vas bien?".
Mais à la différence des précédents lieux cités, on ne fait pas que s'y promener avec ou sans son chien. On s'y exerce aux agrès, aux barres de traction. On roule à vélo, roller, trottinette et poussette. On y court aussi. Toute l'année, de jour comme de nuit, sous le soleil ou les lampadaires, dans un chassé-croisé digne du flux que connaît l'autoroute A7 le fameux week-end de fin juillet-début août (bien que la photo ci-dessus semble prouver le contraire, croyez-moi sur parole, c'est vrai).
En conséquence, qu'on soit là pour traîner ses tongs en famille, pour se préparer âprement au marathon ou simplement désireux de se maintenir en forme, le code vestimentaire ad hoc y impose une tenue sportive. Et les déclinaisons, qui rappellent parfois les excès du glam rock, vont des panoplies semi-pros et accessoires high tech, aux tee-shirts et shorts flottants, en passant par les vêtements de sudation imitations griffées du sac poubelle.
Le comportement y est également pluriel, en version moderne des portraits de La Bruyère. Trois principaux types se distinguent dans la galerie des caractères. D'abord l'homme (ou la femme) bulldozer, rythmique binaire au marteau-piqueur dans l'oreille, muscles en titane, regard fixe sous la visière de sa casquette running et prêt à vous écraser si vous ne changez pas de ligne. Puis le septuagénaire dopé au quinoa bio qui en vous doublant vous couvre de honte et fait virer la couleur de votre visage du géranium rosé à la boule rouge incandescente de Noël. Et enfin, troisième espèce, la jeune femme sexy parée pour une démo de pole danse.
La tenue dépend en fait de votre niveau, de votre tempérament, de votre goût pour l'effort, et de l'image que vous voulez (ou non) donner, car sous toutes les latitudes, parader n'est pas que le propre du galliforme mâle.
Pour paraphraser Jean Giraudoux, à Nouméa, le sport est "l'espéranto" de la population. Alors parlons d'actualité sportive justement. Vous - comme nous - n'avez pu échapper aux jeux olympiques. Même la reine d'Angleterre s'est offert pour l'occasion un (faux) saut en parachute. Et Google a adopté l'image d'une hockeyeuse pour illustrer sa page d'accueil. L'émulation est vive, les corps démangés d'envies mimétiques rêvent de trampolines, d'haltères et de balles. L'objectif étant de vérifier le goût de l'olla-podrida à base d'adrénaline et d'endorphine.
Il faut bien aussi contribuer au labeur des athlètes, voire même tenter une performance, alors dimanche nous nous sommes attaqués à la boucle de la Nondoué à Dumbéa. Hélas, après avoir traversé rivières et ruisseaux, escaladé rochers et talus de terre rouge glissante, enjambé des bouquets d'herbes hautes mouillées, perdu mille fois le sentier, traversé des zones de lianes et fougères arborescentes, trébuché sur des pierres..., il a fallu se rendre à l'évidence: jamais nous ne pourrions venir à bout de ce circuit de 16 km (sans marque ni balisage) avant la nuit. Donc demi-tour!
A son habitude, le Guide de la Calédonie sauvage ne nous a été d'aucun secours tant les maigres indications se sont vite révélées trop imprécises pour déchiffrer ce parcours accidenté et inextricable.
De guerre lasse, les moutons de Panurge ne diraient pas mieux: le conformisme a parfois du bon et rien ne vaut la promenade Vernier pour emboîter le pas au quidam. Il n'y a pas de surprise à en attendre mais là au moins, contrairement à la grande majorité des chemins de randonnée du territoire, c'est entretenu et on ne s'y perd pas.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire